Terre, sur ta chair j’inscris mon ombre

Je ne peux rester longtemps sans voir l’horizon, sentir la mer et le vent fouetter ma peau. C’est près d’elle que les deux dernières photos ont été prise, lors d’une ballade matinale sur la plage de Cabourg. Quant à la première photo je l’ai prise à la Bourboule où j’ai pu faire la découverte d’un Sequoia géant, dont la circonférence du tronc (pouvant permettre de mesurer son âge) m’a impressionnée. J’aime énormément les arbres, prendre contact avec eux en touchant leur écorce, comme je caresserai le museau d’un animal.

Publicités

2 réflexions sur « Terre, sur ta chair j’inscris mon ombre »

  1. J’ai la chance moi aussi de pouvoir m’enivrer à loisir de ces visions reposantes de bateaux voguant sur la crête des vagues, tandis que les embruns humides et frais voltigent et s’éparpillent sur le rivage (de la Manche) et de pouvoir assister quand bon me semble à ces scènes tranquilles d’oiseaux qui piaillent dans les vastes étendues couvertes d’arbres.
    Hormis les pêcheurs et les chasseurs, les rencontres dans ces lieux de bon égarement sont parfois étranges, mais toujours plaisantes !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s