Ici, au loin

Les yeux ne sont pas fidèles à la chair, à la mémoire qu’elle renferme. Mieux que le regard, l’odorat se souvient et presse contre nous les sensations de temps lointains aux contours flous et indicibles. L’enfant apprend à parler et son corps, lui aussi, silencieusement, apprend à dire, à nous tendre le passé. Un beau regret nous sourit, ici, au loin, car Demain veille sur lui. Nous n’y sommes pour rien.

Publicités

Une réflexion sur « Ici, au loin »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s