L’homme cerf-volant

Le regard porté par un fil

Au bout duquel dansaient

Ici et là,

Les couleurs d’une liberté

Avortée de l’aube

De rêves taillés dans

Les veines de l’enfance

À le voir, avancer le pas

Chaloupé, la bouche

Engloutissant le ciel

Habité, d’une

Étrange fougue

Bousculant les passants

Car le vent, le vent

Tournait vite

On se demandait, qui

De l’homme ou du cerf-volant

Tenait l’autre

Vivant

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s