Les Cosaques des Frontières – Exilée

Je suis fière de pouvoir marcher aux côtés des Cosaques des Frontières avec Yan Kouton en tête, qui oeuvre pour une littérature sortant des sentiers battus. Trois de mes poèmes (accompagnés de photographies) y sont aujourd’hui publiés dont Exilée que vous pouvez découvrir ici.

En route vers Les Cosaques des frontières

Exilée

Je mâche une rose, en pensant
à l’amour
Les jeunes fleurs ont le regard fané
Personne ne manque à mes jours
sinon moi
qui me revient parfois, en fragments
de poésie – je les dépose – les abandonne
comme des enfants
avortés
indifférente à ces lambeaux de chairs
ombres de mon corps sur fond blanc
M’écrire, ils pourraient m’écrire
me pleurer peut-être
cherchant le sein que je leur refuse
À présent
rien ne coule en moi
qu’une sourde pluie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s