Archives du mot-clé littérature

« Cette façon qu’ont tous les hommes d’être toujours en chemin doit être le rêve taraudant des prisonniers et le désespoir de tous les amants fidèles. J’ai entendu dire que, dans les prisons, parmi les livres autorisés, les plus demandés étaient les cartes. Laisser errer son doigt sur une carte est le plus passionnant des romans d’aventure: toutes les aventures sont là, sans rien de fixe, tout est encore possible. Nous ne sommes pas des prisonniers et nous sommes toujours sur le chemin de notre destin. Mais quand nous nous arrêtons un instant, quand nous devons nous reposer et attendre, alors nous lisons des livres, comme ces prisonniers qui déchiffrent leur carte maculée, et nous reprenons notre marche avec d’autres qui sont aussi en marche, que ce soit Sindbad jeté par les vagues de plage en plage, ou Lovelace à cheval avec, dans sa poche, la clef qui ouvre la porte dérobée menant au parc Harlow ou Œdipe sur le chemin de Colone. Nous sommes aussi bien en chemin avec François d’Assise qu’avec Casanova. Et, au fond, rien ne nous apparaît plus étrange qu’un homme qui ne bouge pas. »

Hugo Von Hofmannsthal, Chemins et rencontres

« C’était bien une Vénus, et d’une merveilleuse beauté. Elle avait le haut du corps nu, comme les anciens représentaient d’ordinaire les grandes divinités. Rien de plus suave, de plus voluptueux que ses contours; rien de plus élégant et de plus noble que sa draperie. Quant à la figure, jamais je ne parviendrai à exprimer son caractère étrange, et dont le type ne se rapprochait de celui d’aucune statue antique dont il me souvienne. […] En vérité, plus on regardait cette admirable statue, et plus on éprouvait le sentiment pénible qu’une si merveilleuse beauté pût s’allier à l’absence de toute sensibilité.
– Si le modèle a jamais existé, dis-je à M.de Peyrehorade, que je plains ses amants! Elle a du se complaire à les faire mourir de désespoir. Il y a dans son expression quelque chose de féroce, et pourtant je n’ai jamais vu rien de si beau. »

Prosper Mérimée, La Vénus d’Ille