En passant

Naïades

7 passagères
Naïades I, Bords de Marne, Argentique, 2018
6 passagères
Naïades II, Bords de Marne, Argentique, 2018

Ces photos ont été exposées, la première fut vendue et partit pour le Luxembourg.

 

« A voir et à rêver »

Ma plume mentionnée par Georges Cathalo sur le site de la revue Décharge.

Sur les territoires encombrés de la poésie contemporaine, Patrice Maltaverne n’est plus un amateur. Depuis longtemps, il a su délimiter son domaine avec des frontières invisibles, grâce à une revue qui existe depuis 2004, une maison d’édition (Le Citron Gare) ainsi qu’une « diffusion parasitaire sur internet » avec pas moins de 4 blogs dans lesquels il fait montre d’une sacrée connaissance de l’actualité. Avec Traction-Brabant, il poursuit un « vœu de jeunesse » où se croisent des choix personnels, une organisation foutraque et une belle constance dans la gestion d’une revue. Pour ce numéro, on relèvera quelques originalités avec les écrits de Samaël Steiner, Angélique Condominas, Pierre Bastide et Marine Giangregorio. En ces temps de poétiquement correct, Maltaverne ose tout ou presque et c’est tant mieux pour celles et ceux qui auront la curiosité d’aller y voir de plus près.

Et pour découvrir l’audacieuse revue Traction-brabant, c’est ici!

Nos immensités

sans titre (1 sur 1)
Nos immensités, Tanger, Maroc, Argentique, 2019

 

Il existe un pays

Comme un corps

Comme une mer

Aussi vaste que 

Nos yeux rêveurs

Aussi caressant 

Que ta main

Et nos deux navires

Battants qui s’élancent

Toujours trop vite

Toujours trop lents

Et ignorants

À l’assaut des frontières

Qu’il est fou ce pays

Qui nous perd et nous happe

Dans ses horizons

Il mériterait bien 

Qu’on y noie

Prudence et soumission

Viens

Va

Va

Culture

Le jardinage, vous aimez le jardinage et la culture du chou?

  • Discours de la servitude volontaire, Etienne de la Boétie, 1574
  • La désobéissance civile, Henry David Thoreau, 1849

En effet, la culture du chou est très ancienne, mais il n’est jamais trop tard. Par contre vous ne pourrez pas en prendre de belles photos, le chou épanoui fait la grimace.